Retour
Publié le 02/01/2013 à 08:17

Restauration Scolaire

onParleDeNous-1

De gauche à droite : Pascal Lachaud, Alain Baqué, Bernard Plano et Liliane Camblong-Ramis./Photo A. M.

Grâce à une action conjointe des Hôpitaux de Lannemezan, de la municipalité et du GAB 65, le «bio du terroir» fait son entrée à la cantine des écoles.

C’est une convention signée entre les Hôpitaux de Lannemezan, le Groupement de l’agriculture

biologique des Hautes-Pyrénées (GAB 65), représenté par Pascal Lachaud, et la caisse des écoles de Lannemezan, qui va permettre aux 330 élèves des 4 écoles primaires qui prennent leurs repas de midi à la cantine de Lannemezan de se restaurer bio dès ce mois de janvier 2013. À une nuance importante près : du bio oui, mais du bio produit localement sur le terroir par les agriculteurs du GAB. Et à une autre différence près, que les produits bio (légumes, viandes, fruits) ne seront pas servis dans un même repas, mais répartis tout au long de la semaine dans les menus élaborés et confectionnés par la cuisine centrale des Hôpitaux de Lannemezan dirigée par Stéphane Branger.

Pour Liliane Camblong-Ramis, adjointe au maire en charge de la restauration scolaire : «Au travers de cette initiative, se manifeste la volonté de la municipalité non seulement d’apporter la sécurité alimentaire par la qualité des produits utilisés, mais aussi de faire ou de refaire redécouvrir aux élèves la diversité nutritionnelle, et surtout gustative que permet l’utilisation des produits «bio du terroir» fournis par le GAB 65. Je me félicite également de la collaboration des parents d’élèves pour mener cette action à bien, ainsi que du professionnalisme dont font preuve les Hôpitaux de Lannemezan, derrière la volonté d’aboutir de leur directeur Alain Baqué».

Le chiffre : 330

repas > Livrés. Tous les jours dans les 4 groupes scolaires de Lannemezan.

Le GAB 65 pratique

Le GAB 65 fédère les paysans agrobiologistes sur l’ensemble du 65. Il promeut un développement cohérent, durable et solidaire du mode de production biologique français afin de préserver la terre et offrir des produits sains. Le GAB 65 s’est, entre autres actions, structuré pour permettre aux agriculteurs de se positionner sur le secteur de la restauration collective, pour nouer des partenariats avec les collectivités publiques, former les personnels de cuisine à l’utilisation des produits bio, etc.

Alain Maillé